Stéphanie Hoareau

MÀJ. 14.03.2023

Stéphanie Hoareau fait de la peinture un médium de prédilection. Dès le départ, elle peint la part cachée de l’île de La Réunion en explorant ses paysages et ses habitants. […] L’artiste arpente aussi bien les paysages naturels que les paysages urbains : propices à l’observation d’une autre faune. En 2012, elle entreprend un projet d’ampleur consacré aux figures marginales de l’Île. […] Des individus qui vivent à l’écart de la société, suscitant aussi bien la méfiance que la fascination. Ils sont à l’origine de légendes puisqu’à leurs propos court une multiplicité de rumeurs, d’histoires et d’anecdotes. […] Des photographies à la peinture, en passant par la sculpture et la vidéo, l’intensité des regards nous interpelle. La confrontation des regards, les leurs, les nôtres, produit autant de fascination que de malaise. À la marginalité de ses personnages, Stéphanie Hoareau préfère la liberté et la fragilité de leurs existences en rupture avec le réel organisé de la société.

Julie Crenn, extraits de TEXTES CRITIQUES SCENE RÉUNIONNAISE, 2019.

Mots-clés

Forêt
Paysages
Marginalité
Enfants
Jeux
Bélouve
Famille
Résilience
Kintsugi

Techniques et matériaux

Sculpture
Peinture
Installation
Vidéo
Dessin

Résine
Béton
Porcelaine
Céramique
Cire
Silicone
Plâtre
Acrylique
Huile
Aquarelle
Crayon couleur
Oxyde sur porcelaine
Tissu
Strass Swarovski

Champs de référence

Littérature
Architecture

Collaborations

Collaboration régulière avec l’ingénieur Charles-Henri Léar

Ressources et textes critiques

[textes critiques] scène réunionnaise

Par Julie Crenn

Stéphanie Hoareau a fait de la peinture un médium de prédilection. Dès le départ, elle peint la part cachée de l’île de la Réunion en explorant ses paysages et ses habitants. En 2010, elle réalise une impressionnante vue de la forêt de Bélouve dont elle a accentué l’atmosphère mystérieuse et silencieuse. Formée de six panneaux mesurant chacun 1 m 50 de large, l’œuvre nous fait entrer, physiquement et mentalement, dans une forêt difficile d’accès située dans les hauts de l’île. L’artiste arpente aussi bien les paysages naturels que les paysages urbains : propices à l’observation d’une autre faune.

Des racines et des idées

Par Jean-Alain de Balbine

« Sanctuaires » ouvre ses portes sur une vision atypique de Stéphanie Hoareau. Avec Bélouve, peinture monumentale, elle nous insère sans ménagement dans l’inextricable nœud des diversités émotionnelles. L’oppression, qui se manifeste d’entrée, nous maintient dans une intériorité que les raies de lumière de la toile conjuguent avec force. Le parcours chaotique des racines de cette forêt lié à la signifiance du titre ramène aux grands héritages historiques de l’île.

« Créations insulaires » : situation de l’art à La Réunion

Par Isabelle Poussier

L’intérêt du monde de l’art, vingt-cinq ans après le coup de tonnerre des « Magiciens de la terre » en 1989, pour les œuvres dites « exotiques » ou « du Sud », et sa difficulté à refonder des critères de lecture communs à l’art contemporain mondial seraient un angle d’attaque du sujet, mais je propose, plus modestement, un voyage dans des « créations insulaires » produites à La Réunion, à l’aune des questions des paysages et de la posture physique de l’artiste dans l’espace géographique et humain de l’île.